Ne choisissez pas un écran 4K pour votre ordinateur portable

Plus est-il toujours mieux ? Lorsque vous choisissez l’ordinateur portable idéal, pas nécessairement. Surtout lorsqu’il s’agit de pixels, il vaut mieux ne pas être trop envieux. Un écran d’ordinateur portable 4K, quel est le problème ?

En haut de l’échelle du segment des ordinateurs portables, les fabricants font grand cas des spécifications supérieures. Des processeurs puissants, un poids réduit et des bords très fins sont des éléments qui reviennent souvent. La qualité de l’écran est un autre argument de vente. Le but des fabricants d’ordinateurs portables est de convaincre par les meilleurs écrans possibles, ce qui implique généralement une résolution élevée.

De la FHD à la 4K

Le Full HD ( comprenant 1 920 pixels sur le bord long et 1 080 ou 1 200 pixels sur le bord court, selon le rapport hauteur/largeur) est devenu la norme, même pour les ordinateurs portables d’entrée de gamme. Les ultrabooks ont donc logiquement besoin d’un élément distinctif. C’est pourquoi les fabricants mettent de plus en plus d’écrans 4K dans leurs appareils compacts. Aujourd’hui, un ordinateur portable haut de gamme de 13 pouces tel que le Dell XPS 13 a la même résolution d’écran qu’un téléviseur moderne de 58 pouces.

Une résolution d’écran aussi élevée présente l’avantage que l’image est théoriquement extrêmement nette, même si dans la pratique, ce résultat peut décevoir. Nous y reviendrons plus en détail ci-dessous. D’abord, il faut mentionner un inconvénient très pratique d’un écran 4K sur un ordinateur portable. Un écran 4K possède presque quatre fois plus de pixels qu’un écran FHD. Il faut contrôler ces pixels et cela présente un ennui important. L’écran lui-même consomme plus d’énergie, tout comme le matériel de l’ordinateur portable. Après tout, le GPU doit travailler quatre fois plus dur. Un écran 4K a donc un impact sérieux sur l’autonomie de la batterie d’un ordinateur portable.

Rude épreuve pour la batterie

Regardons l’Asus ExpertBook B9400CE et le Razer Book 13. Les deux ordinateurs portables sont équipés d’un Intel Core i7-1165G7 et de 16 Go de RAM. L’Asus a une capacité de batterie de 66 watts-heures, le Razer fait avec 55 watts-heures. En théorie, le Razer Book 13 devrait donc être 20 % moins performant à charge de travail identique, mais l’Asus Expertbook a un écran légèrement plus grand et donc moins économique (14 pouces contre 13,3 pouces). Sur la base de ces seules spécifications, on peut s’attendre à ce qu’une seule charge de batterie sur le Razer Book 13 dure un peu moins de 20 % de moins que sur l’Asus.

Le Razer Book 13, cependant, dispose d’un écran 4K, tandis qu’Asus opte pour une résolution Full HD normale. Résultat : l’ordinateur portable Asus ne dure pas 20 % de plus, mais bien deux fois plus longtemps sur une seule charge de batterie. Le Razer Book 13 est limité par son écran haute résolution.

Dans la plupart des cas, un ordinateur portable reste un appareil mobile. À notre avis, le meilleur ordinateur portable est celui dont la configuration est équilibrée et qui offre une combinaison parfaite de performances, de portabilité et d’endurance. Cela est pratiquement impossible avec un écran 4K. Néanmoins, la haute résolution peut bien entendu être préférée à l’autonomie par les graphistes.

Bien plus qu’un problème de batterie

Les employés de bureau qui veulent un ultrabook éblouissant, devraient-ils sacrifier l’autonomie de la batterie pour la puissance de l’écran ? En théorie, c’est un choix légitime, mais en pratique, cette puissance d’écran sur un ordinateur portable Windows n’est pas toujours logique.

Il faut donc examiner la façon dont Windows réagit à un écran 4K. Les pixels par pouce ou ppi sont importants à cet égard. Un téléviseur 4K de 58 pouces, avec ses 3 840 x 2 160, a une densité de pixels de 76 ppi. Un ordinateur portable traditionnel de 15,6 pouces avec une résolution Full HD affiche 141 ppi. Sur un ordinateur portable de 13,3 pouces, ce chiffre passe déjà à 165 ppi. La densité de pixels et alors la netteté perceptible d’un ordinateur portable FHD est donc déjà bien supérieure à celle des télévisions 4K.

Pour Windows, une densité de pixels de l’ordre de 150 ppi est la norme. L’interface du système d’exploitation et les programmes que vous exécutez ont une taille fixe fondée sur un tel ppi. Par exemple, un bouton a une hauteur de X pixels, aussi bien sur un écran 4K que sur un écran FHD.

Un écran 4K dans un ordinateur portable de 13,3 pouces fait monter la densité de pixels à plus de 330 ppi, ce qui représente plus qu’un doublement par rapport à la norme Windows. Lorsque le même bouton sur un écran 4K de 13,3 pouces a une hauteur de X pixels, il semble beaucoup trop petit en pratique. Après tout, les pixels individuels sont beaucoup plus petits. Cela rend l’interface illisible sans une loupe.

Mauvaise évolutivité

Il est toutefois possible de remédier rapidement à cette faiblesse : dans les paramètres d’affichage de Windows, vous pouvez mettre l’interface à l’échelle en pourcentage. La densité de pixels d’un écran d’ordinateur portable 4K est environ deux fois supérieure à celle d’un écran FHD équivalent. Il est donc recommandé d’appliquer une mise à l’échelle de 150 à 200 % pour obtenir les meilleurs résultats. Cela rend l’interface à nouveau normale. Au moins, au premier abord.

Malheureusement, Windows ne gère pas toujours très bien la mise à l’échelle. Dans de nombreux cas, l’interface est agrandie à 200 % et n’est pas rendue à une résolution double. Résultat : des détails graphiques flous sur un écran extrêmement net. Les boutons et le texte semblent flous parce qu’ils sont passés d’une densité de pixels pour la FHD à une résolution doublée pour s’adapter à la densité de pixels de l’écran 4K.

La situation empire encore lorsque vous connectez un ordinateur portable (quelle que soit sa résolution) à un deuxième écran dont la densité de pixels est différente. Lorsque vous faites glisser une fenêtre d’un écran à l’autre, Windows plante complètement. Le pire problème se posait avec les premières versions de Windows 10, mais entre-temps, le système a considérablement évolué. Pour Windows 11, Microsoft a éliminé encore plus de soucis, mais la mise à l’échelle n’est pas encore parfaite.

Les développeurs d’applications peuvent désormais choisir le mode de mise à l’échelle de leurs applications. Cela résout bien des problèmes, si les développeurs d’une application ont au moins fait les efforts suffisants. Ce n’est pas toujours le cas pour les petites applications. Vous devez alors choisir entre une loupe et des lettres floues.

Vaut-il la peine ?

Ainsi, dans de nombreux cas, un écran 4K pour votre ordinateur portable vous apportera plus d’inconvénients que d’avantages. Si la haute résolution est compatible, elle est intéressante, mais sinon, elle pose des problèmes. Ce qui est claire : dans tous les cas, la beauté de l’écran cause un déchargement exponentiel plus rapide de la batterie. En outre, la densité de pixels d’une résolution FHD sur un écran de 13 ou 14 pouces est déjà suffisamment élevée pour que l’expérience soit agréable. Dans une configuration équilibrée d’un ultrabook, la résolution 4K ne correspond pas à nos attentes.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison