Du rendez-vous à l’attestation certifiée de vaccination : les piliers numériques sur lesquels s’est appuyée la campagne de vaccination

Plus de 74 % de la population belge est désormais entièrement vaccinée. La campagne de vaccination s’est appuyée sur une forte composante numérique que Smals a développée en un temps record avec différents partenaires. Que s’est-il passé exactement dans les coulisses ?

Avez-vous reçu un e-mail ou une lettre d’invitation à une vaccination contre la covid ? Ou étiez-vous parmi les 300 000 Belges qui se sont fait piquer via Qvax ? Quelle que soit votre situation spécifique, l’invitation et la gestion numérique de l’administration du vaccin ont été effectuées via un système numérique à trois niveaux.

« Nous avons construit un système à trois niveaux », explique Renzo Lylon de Smals. Comme consultant en affaires, il est responsable de la coordination entre les logiciels utilisés et les parties prenantes telles que les régions belges. L’infrastructure en trois parties comprenait une base de données, un système d’invitation et de planification, et d’un système de distribution équitable des vaccins excédentaires. L’objectivité et la fiabilité étaient essentielles.

Base de données du code de vaccination

La Belgique avait avant tout besoin d’une base de données contenant des données pertinentes sur tous ses compatriotes. « Pensez au nom, au numéro de registre national, aux coordonnées, à l’âge, au groupe prioritaire et au statut vaccinal. »

« Nous avons compris très tôt qu’un tel système central était nécessaire », se souvient Lylon. « Cette solution n’était pas disponible sur le marché et nécessitait également des intégrations complexes avec des systèmes sensibles tels que ceux des compagnies d’assurance maladie. » Au sein de Smals, il existe l’expertise nécessaire pour relier ces systèmes entre eux en respectant la vie privée. Le développement est ainsi resté interne.

« Le 3 janvier, nous avons commencé sur ce qui allait devenir la base de données du code de vaccination, ou VCD en néerlandais. », explique Lylon. « Trois semaines plus tard, le projet était prêt. » Lors de cette courte période, non seulement le code a été écrit, mais également le cadre juridique élaboré. Après tout, ce base de données rassemble des informations délicates qui sont protégées par des règles de confidentialité strictes.

Le 3 janvier, les travaux sur la VCD ont commencé, trois semaines plus tard, le projet était prêt.

Renzo Lylon, Consultant en affaires Smals

Lylon : « C’est pourquoi la base de données ne contient que des informations vraiment nécessaires. Par exemple, la base de données ne contient aucune information sur les maladies sous-jacentes d’une personne. Les médecins et les caisses d’assurance maladie disent oui ou non si quelqu’un a une priorité médicale. » C’est une pratique courante, selon Lylon. « Nous nous demandons toujours dans quelle mesure nous avons vraiment besoin de données. Si un simple paramètre suffit, nous le préférons à des informations détaillées. »

Planifiez et invitez avec Doclr

La base de données étant fonctionnelle et légalement en ordre, il était temps de procéder à des applications concrètes. Pour la campagne de vaccination elle-même, Smals n’a pas voulu faire du travail superflu. « Il existe déjà des systèmes de rendez-vous et d’invitations », précise Lylon. « Nous avons rapidement rédigé un cahier des charges et finalement le logiciel de Doclr a gagné. »

Smals et le gouvernement ont utilisé Doclr pour envoyer des invitations et planifier des rendez-vous mais aussi le centre de vaccination lui-même. « La plateforme Doclr a pu prendre et gérer immédiatement les rendez-vous pour les centres de vaccination. Nous avons ajouté le mécanisme d’invitation séparément et il était spécifique à la région. En Flandre, nous avons ainsi utilisé un système de pré-réservation dans lequel on vous présentait immédiatement une date et une heure avant votre vaccination, et tout le monde était envoyé dans un centre prédéterminé. En Wallonie, les distances sont plus grandes et les personnes ont pu choisir librement leur rendez-vous et le centre. » Doclr a donc encore élargi le système d’invitation. « Il y a eu beaucoup de personnalisation », explique Lylon.

Dans les centres eux-mêmes, Doclr a suivi le passage des citoyens. « Le scan de votre carte d’identité électronique ou de votre invitation s’est retrouvé dans le système, tout comme la vaccination. » Ces informations se sont poursuivies dans le système Vaccinnet+ qui suit le statut vaccinal des Belges, et finalement également dans la VCD.

Le système était très modulaire. « Bruxelles, est entre autres passée à un logiciel alternatif pour les centres eux-mêmes », explique Lylon. Cela pourrait parfaitement s’intégrer aux autres composantes tels que la VCD.

Qvax et le secteur événementiel

Enfin, Smals a été chargé de développer un système objectif pour éliminer les excédents de vaccins. « Il était nécessaire de trouver un moyen d’administrer des vaccins de dernière minute partout », se souvient Lylon. « Tout le monde cherchait sa propre solution. Ce n’était pas efficace et ne garantissait pas l’objectivité. »

De nouveau, Smals s’est concentré sur les systèmes existants sur le marché. « Le secteur de l’événementiel a rapidement attiré notre attention. En deux jours, nous avons écrit un cahier des charges, environ trois semaines plus tard, Qvax était en production en direct. » Qvax lui-même s’est à nouveau intégré aux centres de vaccination, Doclr et la VCD. « Un centre pourrait indiquer dans Qvax qu’il y avait, par exemple, 50 doses décongelées de surplus. Sur la base des priorités existantes et des données du VCD, Qvax a envoyé 50 invitations. »

En deux jours, nous avons écrit un cahier des charges, environ trois semaines plus tard, Qvax était en production en direct.

Renzo Lylon, Consultant en affaires Smals

Lylon souligne une fois de plus que le système n’a pu voir que très peu d’informations personnelles. « Qvax a demandé des données au VCD, puis a obtenu une liste de coordonnées. Le logiciel n’avait pas accès à d’autres informations potentiellement sensibles, à l’exception du numéro de registre national. »

Anticipez rapidement

C’était une performance de préparer les trois composantes de la campagne à temps, mais ce n’était pas la fin du travail de Smals. Des ajustements aux priorités, tels que ceux qui étaient ou n’étaient pas admissibles à AstraZeneca, ont dû être mis en œuvre dans l’ensemble de l’infrastructure de toutes les manières.

De plus, la VCD et le Doclr ont dû gérer des pics élévés. « Pour pouvoir passer sans problème, la VCD fonctionne sur le G-Cloud (le cloud communautaire du gouvernement belge), Doclr dans un environnement de cloud public », rappelle Lylon. « Parfois, rien qu’en Flandre, nous devions envoyer 600 000 invitations en une semaine, souvent concentrées sur deux ou trois jours. En Flandre, ces invitations étaient immédiatement liées à des dates du calendrier. Alors que les centres devaient continuer à travailler sur Doclr en parallèle, sans se rendre compte de la charge élevée. »

Respecter la vie privée

Lylon considère l’aspect juridique comme l’autre défi majeur. « Tout devait être fait dans un cadre juridique correct, dans un souci de respect de la vie privée. Les DPO portent une attention particulière aux données que nous avons collectées, afin que seuls les plus nécessaires soient rassemblés. » De plus, les données collectées s’avèrent limitées.

« Nous ne gardons rien plus longtemps que nécessaire. » Lylon explique : « Lylon explique : le Qvax n’est plus nécessaire aujourd’hui. Toutes les données sont donc supprimées. Nous conservons le code opérationnel, bien sûr, mais pas les données. De plus, les données contenues dans la VCD ne seront pas conservées éternellement. Dès que le gouvernement déclare la fin de la pandémie, nous avons cinq jours pour tout effacer. » Les données sous-jacentes des caisses d’assurance maladie, les dossiers des patients et le statut vaccinal seront, bien entendu, conservés dans les bases de données respectives des organisations qui étaient précédemment autorisées à conserver ces données.

L’ensemble de l’exercice montre la rapidité avec laquelle un système complexe peut entrer en vigueur lorsqu’une forte proportion de services génériques (G-Cloud, la carte d’identité électronique et ITSME, sources de données authentiques, systèmes d’échange de données sécurisés, services de cryptage…) sont déjà disponibles, sans sacrifier la vie privée ni se lancer dans l’aspect juridique. Si cela s’avérait nécessaire à l’avenir, le code est prêt à répondre à une nouvelle pandémie.


Il s’agit d’une contribution éditoriale en collaboration avec Smals. Pour plus d’informations sur l’organisation, veuillez cliquer ici..

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison