Le métavers est-il la solution pour votre entreprise ?

La plupart des grandes entreprises semblent soudainement investir dans le métavers. Tout le monde croit-il à la vision de Mark Zuckerberg, ou y a-t-il plus que cela ?

Lorsque Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a lancé le terme populaire « métavers » à la fin de l’année dernière et beaucoup de grandes entreprises ont soutenu sa vision. Microsoft veut conquérir une partie du métavers avec Teams, SAP étudie les possibilités B2B, Adobe travaille sur des outils à développer pour le métavers et Dell pense au matériel correspondant. Meta elle-même désire recruter 10 000 Européens pour la création du métavers. L’intérêt ne vient pas seulement du secteur technologique : la chaîne de supermarchés Carrefour a déjà acheté un terrain virtuel dans le métavers.

C’est bien plausible. Le célèbre cabinet d’analystes Gartner a prédit que d’ici à 2026, une personne sur quatre passera une heure de son temps chaque jour dans le métavers. Grayscale a calculé que le métavers a le potentiel de générer un trillion de dollars de ventes par an, par le biais de la publicité, du commerce électronique, des événements numériques, mais également du matériel associé.

Métaquoi ?

Tout semble rose, mais qu’est-ce que ce métavers exactement ? Zuckerberg décrit la vision d’un monde numérique partagé qui est en partie, mais pas exclusivement, virtuel. Ce monde de réalité virtuelle (RV) s’intégrerait au monde réel via la réalité augmentée (RA). Dans le métavers, tout est possible.

Le PDG de Meta voit des personnes se rencontrer pour des activités sociales, regarder des films ensemble sur un écran virtuel ou jouer à des jeux de société autour d’une même table virtuelle alors que chacun est chez soi. Vous travaillerez également dans le métavers derrière des écrans virtuels et parlerez à des collègues virtuels.

Problème de casques

Cette vision est problématique, et pas seulement parce que Zuckerberg a baptisé son monde virtuel d’après le métavers dystopique du livre Snow Crash de 1992. Tout d’abord, pour cette interprétation du métavers, vous devez toujours mettre un casque. Dans les vidéos de promotion, il s’agit d’une paire de lunettes classique (ou même rien), mais dans la pratique, vous devez porter un casque bourré de capteurs. Ces casques ne sont pas nouveaux, mais pour l’instant, ils s’adressent surtout aux passionnés.

Quelques chiffres : en 2021, 11,2 millions de casques RV ont été vendus, selon IDC. Sur la même période, 17,3 millions de consoles PlayStation 5 ont été vendues (malgré la pénurie mondiale de puces). Il existe donc un marché pour la RV, mais tout le monde ne porte pas de lunettes sur la tête régulièrement. Si l’on s’en tient aux prévisions de Gartner, une personne sur quatre correspond à un peu moins de 2 milliards de visiteurs quotidiens du métavers. Les ventes et l’offre de matériel informatique devront exploser d’ici à 2026.

Le métavers derrière une petite fenêtre

La popularité des lunettes augmentera sans aucun doute à mesure qu’elles deviendront plus légères, plus confortables et qu’elles évolueront vers des modèles de marketing. Toutefois, la technologie permettant d’intégrer un casque complet dans des lunettes n’existe pas (encore). Quiconque a déjà eu l’occasion d’enfiler l’encombrant Hololens de Microsoft ou un Magic Leap sait qu’une immersion totale est hors de question. Au mieux, vous regardez à travers une petite fenêtre un monde numérique plein de pixels.

Des lunettes classiques légères dotées d’une fonctionnalité RV/RA sont sans aucun doute technologiquement possibles, mais pour l’instant, les entreprises n’ont même pas montré le prototype d’un casque adapté, doté d’une haute résolution et d’un large champ de vision. L’évolution technologique est rapide, mais pas tant que ça : si les casques seront abordables pour tous d’ici à dix ans, c’est très favorable.

Moore doit travailler

Le problème est loin d’être résolu : Intel estime que le métavers tel que proposé par Zuckerberg nécessiterait une puissance de calcul 1 000 fois supérieure à celle disponible aujourd’hui. Il ne s’agit pas seulement de puces informatiques plus rapides et plus performantes sur le plan graphique. Le métavers doit devenir une expérience partagée et sociale. Aujourd’hui, les mondes numériques partagés existent déjà dans les jeux vidéo. Cela montre que pousser plus de 128 personnes dans un seul monde est déjà une véritable performance technologique. Cette technologie va également continuer à se développer, mais là encore, il ne faut pas s’attendre à des miracles dans les années à venir.

La Loi de Moore est depuis longtemps la règle d’or de l’évolution technologique. Moore se heurte à ses limites, mais nous l’ignorons pour l’instant. La loi stipule que le nombre de transistors sur une puce électronique double tous les deux ans. En un mot, nous y associons un doublement des capacités matérielles sur la même période. Selon cette logique, il nous faut encore au moins 20 ans de croissance énorme avant d’atteindre le facteur 1 000.

La vie dans Facebook

Supposons que nous trouvions un raccourci du rêve à la réalité qui contourne les objections pratiques, et qu’un métavers tel que proposé par Zuckerberg soit toujours possible. Alors, qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Pour Meta, il s’agit d’une expérience numérique connectée qui est étroitement liée à ses propres services. Imaginez que Facebook passe du statut de plate-forme à celui de véritable monde numérique. Zuckerberg veut que nous mettions nos lunettes et que nous vivions dans Facebook.

Il faut le faire au sens propre. L’homme pense à la vie privée et nous rassure. Lorsque vous n’avez pas envie de vous socialiser (numériquement ou autrement), vous pouvez bloquer les personnes ou vous retirer dans votre propre petite planète numérique. Le métavers n’existe pas encore, mais Zuckerberg a déjà oublié qu’on peut aussi enlever les lunettes. Facebook a déjà développé les premiers outils : Horizon Home, votre maison numérique, et Horizon Worlds, dans lequel vous pouvez créer des mondes RV simples.

Hipsters du métavers

D’autres entreprises, comme Microsoft, indiquent clairement qu’elles ont foi dans un monde de RV/RA, mais pas nécessairement dans la version globale de Zuckerberg. Ils travaillent à des solutions innovantes et incluent le terme métavers dans leur communiqué de presse, car cela leur permet de profiter d’un engouement qu’ils n’ont pas eu à créer eux-mêmes.

C’est également ce que confirme l’étude de Sortlist, qui a réalisé le mois dernier une étude auprès de 200 entreprises européennes déjà impliquées dans le métavers d’une manière ou d’une autre. Même avant que Facebook ait changé son nom en Meta et que le grand train de battage ait quitté la gare, 66 % d’entre eux avaient déjà pensé à y investir du temps et de l’argent.

Expériences sans Zuckerberg

Cela implique que Zuckerberg a en quelque sorte détourné un développement existant avec son métavers. Les entreprises du monde entier savent déjà que la RV et la RA ont un bel avenir. Par exemple, Microsoft gère les applications dans Windows, HP fabrique des lunettes de haute qualité et Apple dispose d’un kit de RA pour les développeurs. Les organisations utilisent ces outils pour développer des expériences passionnantes de RV et de RA.

Un bon exemple est celui de Salesforce, qui a développé un système permettant d’organiser des réunions en RV pendant la pandémie. Nous avons assisté à une telle réunion virtuelle et sommes partis de la tour Salesforce à San Francisco, en passant par un centre de conférence au sommet d’une montagne, pour nous rendre à un festival virtuel dans une forêt. Cette expérience ressemble au fantasme de Zuckerberg. Seulement : Salesforce a développé son QG virtuel avec son propre partenaire lorsque Meta s’appelait encore Facebook.

Internet 3.0

Le métavers de Meta est une des plate-formes. Meta veut offrir au monde les outils permettant de travailler à une vision encore insaisissable. Pensez à la façon dont Facebook essaie de devenir synonyme d’internet : la plate-forme est le point de départ vers d’autres contenus sur internet. Dans la version mobile du service, vous restez toujours dans l’application et vous visitez les sites web via le propre navigateur de Facebook.

Le métavers est le nom du Web 3.0, dans lequel la RA et la RV jouent un rôle essentiel.

Une autre vision du métavers est moins chic, mais existe sans Meta. On peut le comparer à l’internet sans Facebook, où les personnes surfent vers leurs sites web préférés via leur navigateur préféré. Les entreprises ont depuis longtemps bricolé cette version en développant leurs propres expériences de RV et de RA. Dans ce contexte, le métavers est complètement ouvert. C’est le métavers de Salesforce, Microsoft et Apple. Dans ce scénario, le métavers est simplement le nom du Web 3.0, dans lequel la RA et la RV jouent un rôle essentiel. Non seulement vous naviguez sur des sites web via votre ordinateur ou votre smartphone, mais vous visitez également des lieux en 3D via un casque.

Évolution plutôt que révolution

Pour y parvenir, il n’est pas nécessaire de faire de grands pas en avant en tant qu’organisation. Il suffit d’évoluer avec la technologie existante et de développer des applications simples en RV ou en RA lorsqu’il existe des arguments commerciaux pertinents.

La dépendance, un choix

Cela n’empêche pas les organisations de faire des investissements extravagants et de placer des capitaux importants dans le métavers. Qu’achète exactement Carrefour lorsqu’il paie de l’argent réel pour un terrain virtuel ? Dans ce cas précis, il s’agit d’un terrain dans Sandbox : une application qui, comme Horizon Worlds, veut être un point de départ pour des expériences de métavers. Carrefour joue avec l’explosion autant du métavers, que de Sandbox en tant que plate-forme.

Les organisations qui s’abonnent à un métavers construit autour d’une plate-forme engagent inutilement leur destin dans une partie externe. Les expériences de RV et de RA peuvent parfaitement fonctionner sans service de plate-forme, comme le prouve Salesforce aujourd’hui.

Le métavers est un terme en vogue. Les innovations normales en matière de RV et de RA sont cachées derrière cette idée. En raison de l’intérêt limité du grand public et surtout du matériel inexistant, le battage médiatique ne peut que conduire à la déception. En tant qu’organisation, vous n’avez rien à voir avec la version médiatisée du métavers.

Technologie d’avenir

La RA et la RV en tant que technologie peuvent bien avoir un bel avenir. Leur popularité augmentera effectivement en permanence, grâce aux applications présentant une valeur ajoutée. Personne n’a envie de mettre des lunettes sur la tête pour regarder une télévision virtuelle alors qu’il pourrait regarder un appareil réel dans le monde réel, même si Zuckerberg prétend le contraire. Le fiasco des téléviseurs 3D montre bien que, pour beaucoup de personnes, il est déjà trop difficile d’enfiler une paire de lunettes 3D légères.

Des expériences ciblées, soutenues par les entreprises, peuvent donner un coup de fouet à la RV. Les salles 3D pour les réunions avec des personnes de différents pays en sont un bon exemple, car elles sont beaucoup plus agréables qu’un appel vidéo classique. Le divertissement est également intéressant dans une certaine mesure, notamment pour interagir avec des personnes qui ne peuvent pas être sur le pas de votre porte tout de suite. Si votre entreprise a une idée pour une expérience amusante de RV ou de RA avec une valeur ajoutée, alors allez-y. Qualifiez même l’expérience comme un pas vers le métavers si vous voulez, mais tenez-vous loin de la version étouffante et irréaliste annoncée par le PDG impatient de Meta.

Terme commercial vide

Enfin, c’est là que réside le risque. Si vous laissez Mark Zuckerberg dicter ce qu’est le métavers à l’aide de vidéos marketing séduisantes qui font de fausses promesses, vous serez déçu. Ce métavers, qui semble avoir été laissé de côté dans Ready Player One, ne peut tout simplement pas exister dans un avenir proche. L’illusion peut éclater en un instant. Si vous pensez que le métavers sera bientôt opérationnel, vous vous ridiculisez. La RA et la RV sont des technologies fascinantes qui ont un avenir, le métavers est aujourd’hui un terme marketing vide et rien de plus.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison