Oracle a une position unique sur le marché SaaS en offrant des solutions complètes

Oracle est encore loin de faire sa place sur le marché des infrastructures de cloud, mais en tant qu’acteur SaaS, le spécialiste de la technologie est dominant. Pourtant, il y a là aussi une grande marge de croissance. Oracle veut conquérir ce marché avec une combinaison de SaaS et IaaS sans équivalent, selon la société.

Oracle Fusion Cloud est la plus importante suite ERP en cloud au monde. Le deuxième est Netsuite ERP, qui appartient également à Oracle depuis plusieurs années. Sur le marché de l’infrastructure cloud, les ambitions d’Oracle sont toujours plus grandes que sa part de marché réelle, mais on ne peut pas en dire autant de la branche ERP SaaS de la société. « Nous voulons continuer à être un acteur dominant dans le domaine de l’ERP, mais aussi nous développer dans d’autres segments tels que le HCM et la chaîne d’approvisionnement », déclare Alex Haijen, Lead Presales Architect Europe de l’Ouest chez Oracle.

Non pas intégration mais fusion

Haijen souligne que le SaaS d’Oracle offre aux clients non pas un simple logiciel, mais une plate-forme complète. Le logiciel fonctionne sur des serveurs Oracle dans les centres de données Oracle. Nous parlerions nous-mêmes d’une intégration de l’offre SaaS à l’infrastructure, mais Haijen n’aime pas ce mot. « Il n’y a pas besoin d’intégration entre des composants qui vont ensemble », explique-t-il. « On ne parle pas d’intégration entre une voiture et un essuie-glace. Je préfère parler d’une fusion. »

Avec une voiture et un essuie-glace, on ne parle pas d’intégration.

Alex Haijen, Lead Presales Architect Europe de l’Ouest Oracle

Ainsi, Cloud ERP a fusionné avec l’infrastructure d’Oracle, mais quelle est son importance pour vous en tant que client ? Haijen précise : Les autres parties doivent investir du temps, de l’argent et des efforts dans l’intégration à l’infrastructure. Leurs logiciels doivent être adaptés au matériel des hyperscalers, par exemple. L’année dernière, Oracle a dépensé 6,8 milliards de dollars en R&D. Seule une partie de cette somme est consacrée à la recherche et au développement. Seule une partie de cette somme est directement affectée à l’offre SaaS, mais comme nous possédons l’ensemble de la pile, cet investissement a un réel impact sur la solution globale.

Plus précisément, le temps de disponibilité est élevé, par exemple. « Actuellement, nous réservons un temps d’arrêt pour notre solution SaaS une fois par trimestre. Les mises à jour majeures seront effectuées à ce moment-là. Actuellement, cela prend quelques heures, mais comme nous fonctionnons sur notre propre infrastructure, il est possible d’aller plus loin. D’ici à la fin de l’année, le temps d’arrêt devrait être inférieur à 15 minutes. Cette différenciation par rapport aux autres acteurs est clairement perceptible par nos clients. »

Haijen sort enfin un atout écologique : « Notre infrastructure de cloud computing fonctionne déjà entièrement avec des énergies recyclables. Ainsi, celui qui choisit le SaaS chez Oracle est automatiquement plus écolo. »

Choisir les composants

Oracle offre un paquet complet, mais ce ne signifie pas qu’on ne peut pas choisir seulement quelques composants. L’offre d’Oracle est fusionnée, mais composable. Nous travaillons avec une seule architecture de données, mais les clients peuvent consommer ce qu’ils veulent. Il est donc parfaitement possible d’intégrer le HCM ou les dépenses dans une plate-forme autre que l’ERP. Nous ne voulons pas imposer un verrouillage (« lock-in »).

Comme l’ensemble de l’offre SaaS est géré par Oracle lui-même, le modèle de licence n’est pas complexe. « Notre modèle de coûts est prévisible. Vous ne payez pas séparément pour le processeur, le stockage ou le réseau. Oracle s’assure que l’infrastructure sous-jacente est suffisamment puissante. En tant qu’utilisateur de l’ERP Cloud, vous payez simplement pour le nombre d’utilisateurs. »

Une approche différente

L’ERP en tant que solution SaaS est un concept relativement nouveau. D’une part, cela implique qu’Oracle peut encore beaucoup se développer, et d’autre part, qu’une nouvelle approche est nécessaire pour convaincre les clients. Chez Oracle, on appelle cela le True Cloud.

« L’utilisation d’applications cloud requiert une philosophie différente de celle des installations traditionnelles de logiciels sur site », explique Haijen. « Le client a tout intérêt à s’organiser autant que possible en tenant compte des meilleures pratiques. » Avec True Cloud, Oracle veut commercialiser cette méthodologie de déploiement. Transformer les processus internes sur la base des meilleures pratiques lorsque aucune valeur n’est ajoutée à être différent, permet de bénéficier d’une offre SaaS sans trop de modifications.

Unicité

Haijen souligne que l’ERP-as-a-Service d’Oracle n’est pas un produit universel. « L’entreprise garde sa capacité de différenciation », dit-il. « Bien sûr, il reste possible de créer des rapports et des écrans personnalisés. » Cela peut se faire dans le cadre du modèle de meilleures pratiques d’Oracle, de sorte que l’ensemble du système reste en essence uniforme. « De cette façon, vous gardez la flexibilité, sans avoir à en payer le prix. Les mises à jour continuent d’être possibles sans problème. »

La clientèle est ainsi confrontée à un nouveau type de processus de mise en œuvre. L’accent n’est plus mis sur la personnalisation, mais sur la gestion du changement (« change management ») et l’adaptation des processus d’entreprise. À cette fin, Oracle coopère intensivement avec des partenaires spécialisés dans ce domaine. Ensemble, ils travaillent à la croissance en éliminant certains préjugés persistants.

Mûr et pour tous

« L’ERP en tant que produit SaaS est désormais totalement développé », souligne Haijen. « Les organisations pensent parfois que le SaaS est encore un nouveau concept, certainement dans le cas de l’ERP. Ils se considèrent comme une entreprise complexe et pensent à tort que le passage au SaaS n’est pas réalisable. C’est à Oracle et à ses partenaires d’expliquer qu’il n’y a pas d’objection. »

L’ERP en tant que produit SaaS a atteint sa pleine maturité.

Alex Haijen, Lead Presales Architect Europe de l’Ouest Oracle

« Au début de ce siècle, Oracle a commencé à construire de A à Z une nouvelle suite qui offre la totalité de ce que les clients attendent de leur système ERP, mais dans le cloud. » Haijen souligne que de plus en plus de grandes entreprises y voient clair. « Mazda, General Dynamics, KPN : ils utilisent tous un ERP-as-a-Service. L’offre ERP Cloud est en développement depuis douze ans déjà. »

« Pour tirer le meilleur parti du SaaS, les entreprises doivent considérer le cloud avec des yeux réalistes », ajoute Haijen. « Il faut être ouvert aux services partagés et accepter d’être déchargé. Si vous considérez le cloud comme une menace plutôt que comme un avantage, ce sera difficile. »

« Le SaaS est intéressant pour les grandes et les petites entreprises, quelle que soit leur complexité. Le réalisme d’une migration dépend davantage de leur maturité. » Il voit que ce marché change. Il constate que ce marché est en train d’évoluer. Par le passé, les banques n’étaient pas intéressées par le SaaS. Cela a complètement changé entre-temps.

Envie de croître

Cependant, il y a encore beaucoup de potentiel. « La grande majorité des systèmes ERP fonctionnent encore sur site. Nous avons encore un long chemin à parcourir pour les convaincre tous », déclare Haijen. Oracle est certain d’avoir les bons outils pour accomplir cette mission. Grâce à ses solutions SaaS dont elle possède la totalité de la plate-forme, l’entreprise est convaincue de pouvoir offrir une valeur ajoutée que ses concurrents arrivent à peine à égaler.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison