Plus qu’une app : Zoom veut devenir le système opérationnel vidéo du monde

Zoom envisage un rôle majeur pour lui-même à l’avenir, bien que ce ne signifie pas que tous les visioconférences doivent être menées sur Zoom. Abe Smith, responsable international, voit également Zoom gagner en importance en tant que fournisseur de technologie en marque blanche.

Bien que la pandémie n’ait pas fait de mal à Zoom, elle n’est pas la principale raison du succès du service de communication vidéo. C’est ce que souligne Abe Smith, responsable de l’international chez Zoom, dans un entretien exclusif avec ITdaily. « La pandémie a considérablement accéléré l’innovation, mais nous avons vu ces tendances avant la Covid-19. Les gens prenaient déjà conscience du stress lié aux déplacements domicile-travail, l’apprentissage à distance prenait son essor et la « gig economy » (‘économie à la tâche) était déjà en marche. »

Perturbation par simplicité

Dans ce contexte, Zoom est entré sur le marché il y a dix ans. Le service a dû faire face à la concurrence de Webex et de Skype, mais a réussi à se positionner assez rapidement. « Nous avons perturbé le marché grâce à quelques principes simples », explique Smith. « La technologie est élégante depuis toujours, conçue pour le travailleur moderne. Zoom fonctionne toujours. En outre, la mobilité est essentielle. Ainsi, une personne peut participer à une conversation depuis l’arrière du bureau, ou depuis le siège arrière dans une voiture. »

Zoom : ça marche toujours.

Abe Smith, chef du service Zoom international

Cette simplicité a été profitable au début de la pandémie, puisque les entreprises et les consommateurs ont massivement choisi Zoom pour rester en contact pendant les confinements. La mise en place d’une réunion n’est pas complexe, et toute personne qui reçoit un lien peut immédiatement se joindre à une réunion, que ce soit sur un ordinateur ou un mobile. Selon Smith, cela ne va pas de soi. « Le service est très adapté à la bande passante disponible. »

De grand-mère à entreprise

Cette adoption rapide par presque tout le monde, des adolescents aux grands-mères, mais également les PME et les grandes entreprises, a donné un élan extrême à Zoom. En 2019, le service vidéo comptait 74 000 clients dans le monde. Aujourd’hui, il y en a environ 500 000. En trois ans, le chiffre d’affaires trimestriel de la région EMEA est passé de 10,7 millions à 200 millions de dollars, avec un chiffre d’affaires de 801 millions de dollars pour l’exercice 2022. Zoom peut compter SAP, Novartis, Biontech, DHL et Deezer parmi ses clients, et lorsque le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s’est adressé au Parlement britannique, il l’a fait via Zoom.

En arrière-plan, le service fonctionne dans 21 centres de données gérés par Zoom elle-même, complétés par des capacités chez AWS et Oracle afin de pouvoir évoluer rapidement. « Avant la pandémie, nous avons fait valoir que notre infrastructure était infiniment évolutive, malgré sa complexité. Il y a deux ans, ce fut en fait le cas », déclare Smith.

Avant la pandémie, nous avons fait valoir que notre infrastructure était infiniment évolutive.

Abe Smith, chef du service Zoom international

Entre-temps, la pandémie s’est transformée en endémie, et Zoom a traité une décennie de transformation numérique en deux ans. La société a introduit quelque 900 nouvelles fonctionnalités et a élargi le service pour y inclure une plate-forme d’événements, des moyens d’être plus créatif dans les images et des salles de réunion. Que fait Zoom à partir de maintenant ?

Traduction en temps réel

Selon Smith, le plus grand défi reste de maintenir l’accessibilité et la simplicité. Par exemple, Zoom offre elle-même un soutien pour la mise en œuvre de sa plate-forme aux multinationales, elle travaille par l’intermédiaire de partenaires pour les plus petites entreprises et elle n’oublie pas non plus les comptes gratuits. Ce dernier point reste pertinent, également pour la poursuite de la croissance de l’entreprise. « Pendant la pandémie, les gens ont appris à utiliser Zoom à la maison après avoir été en contact avec lui au travail, mais l’inverse s’est également produit. »

Zoom a une ambition double pour le futur. D’une part, l’entreprise veut continuer à peaufiner la plate-forme actuelle. « L’acquisition de Kites en Allemagne donne une indication de la direction que nous voulons prendre », déclare Smith. « Il arrive souvent que plusieurs langues soient parlées lors des réunions. La transcription et la traduction en temps réel font désormais partie intégrante des réunions. Cet aspect fait déjà partie de la plate-forme avec la possibilité de faire participer des traducteurs, entre autres choses, mais l’automatisation par la technologie sera très puissante ici. »

Zoom marque blanche

D’autre part, Smith espère que Zoom deviendra plus qu’une plate-forme. « Il existe déjà aujourd’hui des intégrations pour plus de 1 000 applications telles que Salesforce, Jira et Service Now. À l’avenir, notre SDK flexible devrait faire davantage d’apparition. La vidéo est intéressante dans de nombreux cas, mais complexe à développer soi-même. Nous espérons que les développeurs intégreront dans leurs applications des expériences vidéo utilisant Zoom. Pour nous, cela peut se faire avec notre logo au-dessus, mais aussi en tant que marque blanche. Zoom devrait devenir le système d’exploitation vidéo de votre vie entière. »

L’ambition de Smith et Zoom semble sans bornes. « Nous ne voulons pas nous lancer dans la restauration », plaisante Smith. « Pour l’instant. » Au-delà, il ne voit pas de limites. « L’expérience de la réunion virtuelle doit être aussi bonne que celle d’une réunion en face à face. Peut-être y aura-t-il un aspect tactile, ou bien vous pourrez sentir l’odeur du café dans la salle de réunion de l’autre côté de l’écran. La technologie continue d’évoluer vers de nouveaux domaines de virtualisation. »

Partenaire de confiance volontaire

Tout cela se déroule dans un contexte de nouvelles réglementations telles que la DMA et le GDPR, dans lequel l’Europe s’engage fortement en faveur de la vie privée. Smith : « La vie privée est un défi en constante évolution. Nous devons être très au fait de l’actualité, mais ce n’est pas un problème. Dès le départ, nous avons proposé notre produit à l’échelle mondiale. Zoom est bien présent en Europe avec des employés qui conseillent. »

En réalité, Zoom est légèrement en retard sur ses concurrents. Smith attire l’attention sur les règles de confidentialité modifiées en coopération avec l’organisation faîtière néerlandaise de l’éducation, SURF, bien que ces règles n’aient été adoptées qu’après qu’une évaluation négative de l’impact sur la protection des données ait révélé divers problèmes. Zoom s’est montré un partenaire volontaire et éliminera tous les problèmes d’ici à la fin de l’année.

Propres points forts

Smith n’a pas grand-chose à dire sur les concurrents tels que Microsoft Teams. Il souligne les points forts de la plate-forme Zoom. « Une expérience de réunion doit toujours fonctionner, avec une connectivité fluide au sein et en dehors du pare-feu. Zoom est évolutif de la plus petite réunion à la plus grande, de la salle de conférence du bureau au smartphone. »

Selon Smith, le monde ne va pas se limiter à un seul fournisseur de logiciels pour tout. « Une entreprise peut facilement avoir une douzaine, voire une centaine d’applications en cours d’exécution. Zoom peut et doit s’intégrer à toutes ces applications. » Ainsi, dans le monde idéal de Smith, toutes les applications pour lesquelles c’est pertinent auront bientôt une option permettant de lancer un appel vidéo rapidement et sans difficulté. Peu importe que Zoom soit inclus ou non, tant que la technologie sous-jacente provient de Zoom.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison