Boomi veut casser vos silos

boomi

« Boomi est la pierre angulaire de tout projet de numérisation » : l’entreprise ne cache pas ses ambitions. Le spécialiste de l’intégration veut faire en sorte que votre infrastructure informatique s’harmonise parfaitement et il est armé d’un objectif clair et d’une ambition élevée.

CRM, ERP, facturation, quelques applications clients et, qui sait, peut-être même un logiciel existant unique : dans une entreprise moderne, les systèmes doivent bien fonctionner ensemble. Une vente réalisée via le CRM, par exemple, peut immédiatement déclencher une commande dans le système ERP, même si ces systèmes ne proviennent pas du même fabricant. Kris Janssens, responsable de compte senior chez Boomi en Belgique, choisit un exemple simple pour illustrer exactement ce que fait son entreprise. « Grâce à Boomi, les données du système de gestion de la relation client circulent automatiquement dans le système ERP et un processus est immédiatement lancé. »

Boomi AtomSphere

Boomi est un spécialiste de l’intégration. « Nous proposons une plate-forme d’intégration en tant que service », explique Janssens. Pour ceux qui aiment les acronymes, c’est ce qu’on appelle IPaaS. Cette plate-forme s’appelle AtomSphere, et c’est le seul axe de Boomi qui veut se positionner comme un spécialiste ciblé.

AtomSphere est le seul axe de Boomi, qui souhaite se positionner comme un spécialiste ciblé.

Avec AtomSphere, Boomi s’assure que les données circulent d’une application à l’autre, même (et surtout) lorsque le format et la structure des données ne correspondent pas exactement. La plate-forme soutient ainsi l’automatisation et la numérisation des processus.

Janssens précise : « Peut-être que les enregistrements de données dans le système CRM contiennent des champs tels que le prénom et le nom de famille, alors que le système ERP ne dispose que d’un espace pour le nom. Boomi va combiner les données d’un système et les intégrer dans l’autre. »

L’exemple du système ERP et CRM est clair, mais Boomi combine beaucoup plus d’applications. « AtomSphere dispose de connecteurs pour les applications les plus connues telles que Salesforce, SAP et ServiceNow. Nous les construisons en collaboration avec d’autres fournisseurs, mais il est évident que cela n’est pas possible pour toutes les applications imaginables », précise Janssens. C’est pourquoi nous disposons également de connecteurs basés sur des technologies et des protocoles tels que HTTP, FTP et JMS.

Démantèlement des silos

Avec AtomSphere, Boomi veut briser les silos existants. Toute entreprise qui espère se transformer numériquement doit combiner les données et intégrer les processus. Boomi est un candidat pour ce processus essentiel. « Nous sommes un parti indépendant », souligne Janssens. « L’intégration est la seule chose que nous faisons. Nous travaillons avec tout le monde et n’avons pas de préférences. » Il place ainsi Boomi face à des entreprises comme Oracle et Microsoft. « Ces parties offrent elles-mêmes diverses solutions intégrées, en se concentrant sur leurs propres produits, ce qui entraîne un verrouillage. Ce n’est pas le cas chez nous. »

Avec AtomSphere, Boomi veut faire voler en éclats les silos existants.

AtomSphere est elle-même une plateforme « cloud native ». Boomi construit des intégrations depuis 2000, mais a recommencé avec sa plate-forme d’intégration en 2008. « À l’époque, les sociétés de cloud computing faisaient une percée », se souvient Janssens. « Boomi a rejoint ce projet parce que les outils existants étaient bons pour l’intégration sur site, mais pas pour le cloud. »

Atoms et low-code

Boomi intègre bien sûr plus que de simples applications cloud. La gestion est dans le cloud et c’est également là que vous construisez les intégrations et les processus. L’intégration ne se fait pas sur la plate-forme elle-même, mais dans un endroit qui est efficace. Pour ce faire, Boomi utilise de petits « runtimes », qu’elle appelle Atoms. Janssens nous permet à contrecœur de les qualifier d’agents. Les atomes peuvent se trouver dans le cloud mais aussi sur site. Ils se situent à côté des données et s’occupent des connexions.

Pour réussir en tant que spécialiste de l’intégration et réaliser l’ambition de devenir la pierre angulaire des processus de transformation numérique, il faut aller plus loin. Les experts en informatique et les développeurs sont rares aujourd’hui. AtomSphere doit donc être aussi accessible que possible. C’est pourquoi Boomi adopte le low-code. Janssens : « Nous permettons aux spécialistes de l’entreprise de construire eux-mêmes les processus d’intégration. Il est important que les utilisateurs sans trop d’expertise technologique n’aient pas à se rabattre sur l’informatique. Nous appelons cela l’intégration des citoyens et c’est essentiel. Après tout, ce sont leurs processus d’entreprise qui sont intégrés. »

Expertise et développement

Entre-temps, Boomi compte quelque 18 000 clients dans le monde entier et cela porte ses fruits pour les nouveaux utilisateurs. « Grâce aux métadonnées, nous savons comment ces clients intègrent certaines applications. Si nous débarquons un nouveau client, nous pouvons lui suggérer un scénario de départ fondé sur les intégrations de milliers d’autres clients », explique Janssens. Il souligne que Boomi ne collecte à aucun moment les données des clients. Il ne s’agit que de métadonnées pratiques, comme les champs X et Y d’une application qui sont traditionnellement combinés dans le champ Z d’une autre application.

En Belgique, Boomi pousse comme le chiendent. En 2019, l’équipe locale se composait uniquement de Janssens. Actuellement, sept personnes y travaillent déjà et d’ici quelques mois, elles devraient être neuf. Actuellement, Janssens et son collègue se concentrent principalement sur les grandes entreprises de manière proactive, mais depuis la pandémie, de nombreuses sociétés viennent également à Boomi spontanément. Pour la mise en œuvre proprement dite, Boomi collabore avec des partenaires spécialisés.

Modèle de licence

Janssens souligne que Boomi AtomSphere est intéressant pour les entreprises de différentes tailles. « Comme nous travaillons en mode cloud native, les petites entreprises qui ne comptent que quelques employés et disposent d’une carte de crédit peuvent également s’inscrire. Ils paient ensuite via un modèle de consommation. »

Pour les grandes organisations, Boomi utilise un contrat de licence simple dont le paramètre le plus important est le nombre d’applications que vous souhaitez intégrer. Selon Janssens, AtomSphere ne devient vraiment intéressant qu’à partir de l’intégration de trois à quatre applications. « La plupart des entreprises se présentent avec cinq à sept applications qu’elles veulent intégrer », dit-il. « Le nombre d’intégrations que vous construisez ou le nombre d’utilisateurs que vous avez n’a aucun impact sur le coût de la licence. »

En 2010, Dell a vu le potentiel de l’idée de Boomi et a racheté le spécialiste de l’iPaaS. Onze ans plus tard, au printemps 2021, Dell abandonne l’entreprise. Boomi opère plus que jamais de manière indépendante sous la protection de fonds d’investissement. « La vente a eu un impact positif sur notre activité », estime Janssens. « En tant qu’entreprise indépendante, nous pouvons mettre encore plus d’énergie dans notre solution IPaaS. Nos clients sont également positifs. Maintenant, nous tenons nous-mêmes le volant et nous pouvons tenter le coup. »

lees ook

Boomi se concentre sur les données des événements et le catalogue Discover dans la dernière mise à jour

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison