Eurofiber : champion de la fibre optique belge avant la lettre

La fibre optique est à la mode, mais elle n’est pas nouvelle. Depuis de nombreuses années, les entreprises comptent sur la fibre optique pour obtenir des connexions rapides. Nous nous sommes renseignés auprès d’Eurofiber sur ce que signifie exactement l’évolution vers plus de fibre optique dans notre pays, et sur le rôle que joue le fournisseur d’infrastructure dans ce contexte.

Les connexions en fibre optique pour les particuliers et les entreprises font leur apparition dans tout le pays. Entre 2020 et 2021, le nombre de bâtiments connectables a augmenté de 109 % : un record européen. Rien de surprenant, car notre pays a encore du terrain à rattraper dans ce domaine. En effet, par rapport à d’autres pays, le nombre de connexions en fibre optique disponibles est faible.

Hans Witdouck, directeur général d’Eurofiber en Belgique, comprend pourquoi : « Presque tous les foyers ont accès à un câble coaxial et à une ligne de cuivre DSL. Le DSL prend en charge jusqu’à 200 Mbit/s, le coaxial peut même gérer jusqu’à un gigabit. Les deux réseaux offrent donc une certaine largeur de bande. D’autres pays qui sont déjà de gros acteurs de la fibre optique à domicile aujourd’hui ne disposaient pas de ces réseaux. » Witdouck l’appelle la loi du désavantage du progrès. « Ces pays ont investi pour une bonne raison : pour servir les clients résidentiels, ils devaient le faire. »

Un rôle pionnier

Witdouck souligne que la fibre optique est également disponible depuis un certain temps pour les organisations qui ont besoin d’une bande passante supplémentaire et d’une latence plus faible. Sa société s’en occupe. « Eurofiber a été créée en Belgique en 1998 sous le nom de Fibercore, notammant par Laurens van Rijen, qui a fondé LCL peu après », dit-il.

Le déploiement de lignes en fibre optique a commencé assez tôt chez Fibercore, principalement entre les principaux hubs en Belgique et aux Pays-Bas. La société a travaillé avec des clients importants tels que Verizon et Worldcom, qui ont offert des garanties d’achat en échange d’investissements dans l’infrastructure du réseau. Lorsque la révolution internet s’est brisée, ces entreprises ne pouvaient plus respecter leurs accords. Fibercore a cherché de nouveaux investisseurs et a fusionné avec une partie néerlandaise pour former Eurofiber.

Réseau ouvert

Le modèle commercial d’Eurofiber est aujourd’hui différent. « Nous travaillons uniquement sur l’essentiel », dit Witdouck. « Eurofiber est un fournisseur de connectivité par fibre optique pour soutenir les infrastructures critiques, mais également une société numérique. » Cela signifie que l’entreprise place uniquement des lignes en fibre optique, qui sont souvent passives. Pensez à la fibre physique qui se trouve en sous-sol, et pratiquement rien d’autre.

Les partenaires et les clients peuvent utiliser et personnaliser notre réseau à leur guise.

Hans Witdouck, directeur général d’Eurofiber Belgique

Les réseaux de fibres optiques posés par Eurofiber sont intégralement ouverts depuis le début. « Les partenaires et les clients peuvent utiliser et modifier notre réseau à leur guise. » Witdouck clarifie : « Comme nous ne fournissons que la fibre optique, nous offrons en fait un demi-produit. Les clients achètent des produits finaux, c’est pourquoi nous travaillons avec des partenaires. Ils peuvent organiser la connectivité sur le réseau en fibre optique comme ils le souhaitent. »

Rails, trains et voitures de luxe

Par analogie, il évoque le transport par rail. « Eurofiber construit des chemins de fer. Les fournisseurs qui travaillent avec nous peuvent choisir eux-mêmes leurs trains et leurs wagons. Ce sont des trains de luxe avec des wagons-restaurants à l’intérieur, comme le fait Dstny par exemple, mais aussi des trains plus rudimentaires. » Les fournisseurs installent leur propre back-end au-dessus du câblage en fibre optique, ce qui se traduit par le réseau lui-même. Ils concrétisent l’infrastructure passive. « Le matériel périphérique peut être extrêmement performant et donc un peu plus cher, ou peut-être un peu plus abordable pour une partie qui veut en tirer parti. »

« D’autres acteurs travaillent au niveau du bitstream. Vous n’avez pas seulement accès au chemin de fer, vous accédez aussi aux trains qui sont tous identiques. Il n’y a aucun moyen de se différencier en dehors des prix. »

On remarque que la connexion avec la fibre professionnelle n’est pas la même que celle que l’on obtiendrait avec une ligne d’un fournisseur classique. « Vous disposez de votre propre ligne de fibre optique », explique Witdouck. « La fibre n’est pas partagée avec d’autres clients, comme c’est le cas avec d’autres parties. »

Réseau étendu

La fibre optique est quasiment omni-présente dans l’actualité, mais Eurofiber a des clients depuis de nombreuses années, principalement grâce à des partenaires. Witdouck : « Notre réseau s’étend sur toute la Belgique, en particulier dans le triangle Bruxelles, Gand et Anvers, où nous disposons d’un réseau très étendu. Eurofiber est également très active dans la zone côtière, autour de Courtrai et dans diverses régions du Limbourg. En fait, la plupart des zones industrielles de Flandre bénéficient d’une bonne couverture. »

En Wallonie, le réseau Eurofiber est encore plus limité. « Notre réseau principal est présent partout, mais la fibre allant jusqu’à la porte d’entrée des entreprises ne l’est pas », explique Witdouck. Grâce à un nouveau partenariat avec SOFICO, Eurofiber peut désormais couvrir également les zones industrielles du sud du pays.

Le réseau principal présente un atout supplémentaire pour Eurofiber. Après tout, l’entreprise ne connecte pas seulement les entreprises à l’internet, mais aussi les centres de données entre eux. « Chaque entreprise située dans un parc d’activités ou sur un autre site important peut se connecter virtuellement et directement aux centres de données d’AWS, Azure et Google », explique Witdouck. De plus, Eurofiber fournit la connectivité entre la plupart des centres de données belges.

Le réseau Eurofiber chez les Hollandais est un peu mieux ramifié. Curieux, étant donné les racines belges de l’entreprise avec Fibercore. Witdouck explique pourquoi. « En Belgique, les opérateurs mobiles ont construit eux-mêmes le backbone de leurs réseaux. Aux Pays-Bas, T-Mobile, Tele2 et Vodafone n’ont pas investi dans leur propre fibre pour connecter leurs sites. Presque toutes les antennes des Pays-Bas sont connectées au réseau d’Eurofiber. À l’époque, la création du réseau était ingénieuse et nous étions proactives en allant aux zones industrielles avec la fibre optique, pour atteindre les antennes. »

Focus sur les PME

La Wallonie connait la plus grande marge d’expansion dans notre pays, Eurofiber travaille actuellement avec Proximus pour un nouveau déploiement de la fibre optique au moyen du projet commun Unifiber. Cette ramification supplémentaire est fort utile, car Witdouck voit le besoin de faire croître la fibre. Alors qu’auparavant, ce sont surtout les grandes entreprises qui avaient besoin d’une connectivité rapide et d’une faible latence, le secteur des PME entre désormais en scène.

En Belgique, le concept de fournisseur d’infrastructure indépendant avec un partenaire qui fournit effectivement les services est moins connu.

Hans Witdouck, directeur général d’Eurofiber Belgique

Witdouck note qu’il reste des défis importants à relever dans ce domaine. « Nous devons rendre la fibre optique plus visible pour les entreprises de taille moyenne. En Belgique, le concept de fournisseur d’infrastructure indépendant avec un partenaire qui offre effectivement les services est moins connu. Les entreprises sont plus susceptibles de penser en termes de guichet unique, et consultent donc les fournisseurs de télécommunications. »

Selon le directeur général, nous vivons véritablement l’ère de la fibre optique, y compris pour les PME et le grand public. « Le coaxial est limité et les limites de la fibre optique ne sont pas encore connues. »

Rapidité, robustesse et économie

Les avantages vont bien au-delà d’un débit plus élevé, souligne-t-il. « Le réseau est beaucoup plus robuste, par exemple. Par rapport au coaxial et à la paire torsadée (DSL), vous avez besoin de beaucoup moins de composants pour la liaison de A à B. Comme aucun répéteur n’est nécessaire pour amplifier le signal, la latence est également beaucoup plus faible. »

Si la vitesse est moins importante, Witdouck avance un autre argument écologique. « Le coaxial compte facilement dix amplificateurs entre le dernier nœud de fibre optique du back-end et la porte d’entrée. Ils consomment tous de l’énergie. Un réseau en fibre optique consomme dix fois moins d’énergie. »

Alors pourquoi opter pour la fibre professionnelle d’un fournisseur indépendant ? Witdouck en a parlé plus tôt. En tant qu’entreprise, vous pouvez choisir le partenaire qui propose les trains les plus intéressants et obtenir une ligne privée vers votre centre de données ou vos bureaux. Rien de nouveau : Eurofiber le propose depuis des années. Mais vu le succès de la fibre optique à domicile et la folie qui l’entoure, il est temps de réfléchir à ce que peut faire exactement la fibre optique et à ce qui est le plus intéressant.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison