Hyperconvergence : qu’est-ce que c’est et pourquoi est-ce important ?

Lego blokken

L’hyperconvergence est en plein essor. Les systèmes hyperconvergés représentent plus de 50 % du marché total des systèmes de centres de données convergents, d’une valeur totale de 2,5 milliards de dollars. Nous vous expliquons de quoi il s’agit dans cet article.

Cet article fait partie de notre série « IT expliquée », dans laquelle nous expliquons de manière simple les concepts et technologies clés qui se cachent derrière les produits et innovations d’aujourd’hui. Nous mettrons régulièrement à jour cet article avec les derniers développements. Dernière mise à jour : le 9 février 2022.

Les systèmes hyperconvergés ont été créés pour réduire la complexité des centres de données et augmenter l’évolutivité. Pour ce faire, les capacités de stockage, de calcul et de mise en réseau sont combinées dans un seul système.

Bien qu’il puisse sembler contradictoire qu’une solution à fournisseur unique (« single-vendor ») offre plus de flexibilité, c’est exactement la promesse que fait l’hyperconvergence. Il offre l’agilité du cloud public, sans devoir perdre le contrôle du matériel.

Dans les derniers chiffres d’IDC, on constate que dans le monde des systèmes convergés, les systèmes hyperconvergés gagnent des parts de marché. En 2018, elle représentait une installation sur trois, alors qu’aujourd’hui on arrive à 54 %. De 2019 à 2020, la croissance de cette catégorie a été de 7,4 %, tandis que la catégorie globale des systèmes convergents est restée stable. Les principaux acteurs matériels du monde hyperconvergé sont Dell Technologies (32%), HPE (13,5%) et Nutanix (10,3%). En ce qui concerne les logiciels, on voit surtout VMware (38,7%), Nutanix (23,4%), Huawei (6,3%) et Dell Technologies (5,6%). Encore une fois, nous parlons des chiffres pour 2020. Les données pour 2021 ne seront fournies que plus tard en 2022.

L'(hyper)convergence

Pour mieux comprendre comment les systèmes hyperconvergés permettent de gagner en efficacité, reculons d’abord un peu. L’infrastructure existante des centres de données est généralement construite en silos. Un groupe de ressources (calcul, stockage et réseau) est dédié à une technologie ou à une application particulière et est généralement choisi sur la base du principe du « best of breed ».

Les différents éléments proviennent souvent de fabricants différents et sont gérés par des logiciels différents. Il y a peu ou pas d’intégration. En outre, cette approche en silo repose sur un certain nombre d’hypothèses et le matériel ne peut pas être simplement reconfiguré pour prendre en charge différentes charges de travail.

L’hyperconvergence remplace l’infrastructure définie par le matériel par un environnement défini par le logiciel.

Il en résulte une multiplication du matériel dans le centre de données qui n’est jamais pleinement utilisé. Résultat : moins de flexibilité, de nombreuses ressources gaspillées et des coûts opérationnels croissants pour maintenir l’infrastructure.

Pour sortir de ces silos et accroître l’efficacité, le marché a imaginé l’infrastructure convergente. Il s’agit de systèmes pré-intégrés dans lesquels le matériel de serveur, le stockage sur disque et l’équipement de réseau sont fournis en un seul paquet et gérés via une plate-forme logicielle centralisée. Les ressources sont regroupées en pools et attribuées aux charges de travail de manière efficace, ce qui réduit la fragmentation du matériel.

Tandis que dans les infrastructures convergentes, les composants informatiques, de stockage et de réseau peuvent encore être séparés les uns des autres et, dans une certaine mesure, assemblés par le client, ce n’est plus le cas avec les systèmes hyperconvergents. Ici, le matériel est largement abstrait et toutes les ressources (calcul, stockage et réseau) sont virtualisées via un hyperviseur.

L’hyperconvergence remplace l’infrastructure définie par le matériel par un environnement défini par le logiciel. Il s’agit d’une solution – ou d’un nœud – prête à l’emploi avec du matériel standard du commerce, qui peut être facilement mise à l’échelle en regroupant plusieurs nœuds dans un cluster.

Efficacité et flexibilité

L’hyperconvergence est considérée par les experts comme une avancée spectaculaire dans le centre de données. Et il y a de bonnes raisons à cela. Nous passons en revue les quatre principaux avantages de l’infrastructure hyperconvergée qui permettent d’accroître l’efficacité et la flexibilité.

  1. Consolidation

Dans un modèle hyperconvergé, le réseau de stockage (« Storage Area Network ») est complètement supprimé. Cela signifie que les contrôleurs de stockage associés et l’ensemble de la matrice de stockage disparaissent également. Ils sont remplacés par une appliance hyperconvergée compacte, qui consolide les données et supprime la complexité du centre de données.

  1. Coûts réduits

La réduction de la complexité entraîne également une baisse des coûts. Le coût total de possession diminue. L’hyperconvergence offre une solution plus cohérente et moins coûteuse, ce qui peut être particulièrement intéressant pour les PME aux ressources plus limitées.

  1. Redondance élevée

L’hyperconvergence utilise le stockage défini par logiciel, ce qui signifie que tous les disques durs d’un cluster sont traités comme un seul système de stockage à haute disponibilité et à haute redondance. Si un disque ou un nœud tombe en panne, la charge de travail peut continuer à fonctionner sur les nœuds restants sans problème.

  1. Évolutivité

Les systèmes hyperconvergés sont hautement évolutifs. De nouveaux nœuds peuvent être rapidement ajoutés à un cluster pour augmenter la capacité de stockage et de calcul. En outre, dans un modèle de nuage hybride, il est possible de créer un environnement de stockage abstrait qui évolue de manière dynamique pour répondre aux demandes du moment, sans renoncer au contrôle central.

Un inconvénient potentiel de l’hyperconvergence est le verrouillage des fournisseurs. Comme les différents composants sont réunis dans un seul appareil, il n’y a qu’un seul fournisseur pour l’informatique, le stockage et le réseau. D’une part, cela résout tous les problèmes de compatibilité et d’intégration, mais cela signifie également que vous dépendez d’un seul partenaire pour la durée de vie de l’infrastructure.

Choisir, pas affaiblir

Quand est-il préférable d’opter pour une solution convergente ou hyperconvergente plutôt que pour une infrastructure traditionnelle ? Choisir n’est pas forcément synonyme de perdre, si vous savez bien ce que vous choisissez. Nous distinguons un certain nombre de scénarios d’utilisation typiques de l'(hyper)convergence qui illustrent les possibilités.

Consolidation des centres de données

Nous l’avons déjà mentionné brièvement comme un avantage : l’hyperconvergence entraîne la consolidation du centre de données. Face à l’expansion constante de l’infrastructure des centres de données, l’idée de pouvoir réduire le matériel est particulièrement attrayante.

Une infrastructure unique et consolidée optimise l’utilisation des ressources disponibles et permet de réduire les coûts de gestion, de maintenance et d’administration. Les extensions ou les modifications du centre de données peuvent également être réalisées plus rapidement et à moindre coût.

Mise en place d’un cloud privé ou hybride

L’infrastructure hyperconvergée se prête parfaitement au développement d’un environnement de cloud hybride ou privé grâce à la structure en blocs dont elle est constituée.

Les nœuds « empilables » permettent d’étendre ou de réduire très facilement la capacité en fonction des besoins, sans avoir à se soucier de l’intégration du matériel et de la gestion de l’infrastructure.

Optimiser la charge de travail

La supervision centrale de l’ensemble de l’infrastructure permet de passer rapidement d’une application à l’autre lorsque la charge de travail des applications change. La capacité de calcul et de stockage peut être redistribuée à la demande entre les applications, mais également entre les clusters. Les ressources disponibles peuvent être utilisées de la manière la plus optimale à tout moment.

Gestion de la VDI

La possibilité de gérer des charges de travail est également très intéressante pour les entreprises qui travaillent avec une infrastructure de bureau virtuel (VDI). Ainsi, le PC d’un employé est virtualisé et le matériel sert uniquement de terminal. Le logiciel s’exécute ailleurs, dans une machine virtuelle. Une approche VDI n’est pas idéale dans toutes les situations. Cependant, elle peut contribuer à réduire les coûts de matériel et de maintenance et à mieux protéger les systèmes contre les logiciels malveillants.

Sécurisation des données

Dans une infrastructure (hyper)convergée, les fonctions de sauvegarde et de récupération des systèmes de stockage peuvent être gérées de manière centralisée. Cela garantit une application cohérente de la politique de sauvegarde. La gestion centralisée simplifie également la conservation des données et le respect de certaines obligations de localisation, entre autres. Les données peuvent aussi être facilement dédupliquées, ce qui permet d’utiliser plus efficacement la capacité de stockage disponible.

Résumé

Les systèmes hyperconvergés font avancer la consolidation des systèmes convergés. Ils excellent dans la facilité d’utilisation et la flexibilité grâce à l’approche définie par logiciel. Le matériel informatique, de stockage et de mise en réseau est regroupé dans un seul appareil – ou nœud – et géré à partir d’une seule interface logicielle.

Les nœuds peuvent être ajoutés ou retirés à volonté pour adapter la capacité, comme des pièces de Lego qui s’emboîtent parfaitement. Cette évolutivité facile est idéale pour la mise en place d’un environnement de cloud hybride ou privé.

Les nœuds peuvent être ajoutés ou enlevés, comme des pièces de Lego qui s’emboîtent parfaitement.

En outre, elle ne nécessite pas de connaissances spécialisées en matière d’infrastructure, comme c’est le cas avec les approches traditionnelles en silo ou même avec les systèmes convergents. Cela en fait une solution intéressante pour les petits départements informatiques aux ressources plus limitées.

Pour cette simplicité, vous sacrifiez l’adaptabilité. L’hyperconvergence est une solution à fournisseur unique, ce qui entraîne un risque d’enfermement. Les gestionnaires d’infrastructure qui souhaitent avoir davantage leur mot à dire sur le matériel et qui veulent combiner différents fournisseurs préfèrent opter pour une approche d’infrastructure convergente ou classique.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison