La solution à Alzheimer : comment le secteur des puces doit-il surmonter les difficultés qu’il rencontre ?

Puzzel

La pénurie de puces a été assez souvent mise en cause ces dernières années pour expliquer les retards dans les commandes. Simultanément, le secteur des puces doit aller plus loin et pour innover, il faut de nouvelles puces plus puissantes. Bien sûr, cela s’accompagne de son propre lot de défis, dont plusieurs acteurs du secteur sont venus parler lors des Imec Future Summits 2022.

Les chips sont vitales, et nous le disons littéralement. Dans le secteur médical, ce petit appareil a déjà sauvé d’innombrables vies. « Guérir le cancer n’est plus un rêve », commence Paul Stoffels, PDG de Galapagos. « Aujourd’hui, il est possible de vérifier 50 types de cancer par le sang. »

De plus, la rapidité du diagnostic permet presque toujours une intervention réussie : « Dans 98 % des cas, le diagnostic est posé avant l’apparition des métastases. » Après cela, une guérison complète n’est possible que dans 21 % des cas. On comprend donc pourquoi la technologie de détection rapide est si importante.

Nouvelles technologies, nouvelles solutions

Entre-temps, le monde numérique continue d’évoluer et de nouveaux produits dans lesquels les puces permettent de sauver des vies émergent. « Une smartwatch peut désormais mesurer si une personne fait une crise cardiaque. Il est crucial d’être présent tôt pour la récupération. Pour l’instant, l’OMS étudie encore la possibilité de lancer l’outil sanitaire. »

Je débutais dans le monde de l’informatique lorsque la micropuce a été lancée. En grandissant avec elle, vous croyez au pouvoir de la puce et aux possibilités qu’elle offre.

Bill Gates, fondateur de Microsoft

Pour Bill Gates, fondateur de Microsoft, tout est clair et simple, et il ne faudra pas attendre longtemps pour que le secteur des puces participe à la recherche d’une solution pour la maladie d’Alzheimer. Il admet toutefois que son passé a façonné sa vision du monde : « Je débutais dans le monde de l’informatique lorsque la puce électronique a été lancée. Avec d’autres grandes personnes ayant une attitude révolutionnaire, on a vu naître cette innovation. En grandissant avec cette technologie, on croit au pouvoir que peut avoir la puce et aux possibilités qui existent. »

Parties individuelles

Le secteur des puces a encore quelques défis à surmonter avant que les nouvelles innovations puissent réellement voir le jour. Peter Wennick, PDG d’ASML, sait exactement ce qui se passe dans le secteur. Il constate que certains secteurs sont impatients de mettre la main sur davantage de puces : le cloud, la 5G, l’IA, la bordure intelligente et les jeux.

« Nous créons un monde connecté. » Bien que ce soit plutôt une ambition pour le moment. « Nous n’avons pas encore relié tous les points pour vraiment faire décoller ce monde connecté. » Si l’industrie des puces relie les différentes parties entre elles, il sera possible d’envoyer les informations collectées par une application d’IA vers le cloud via la 5G.  

Nous créons un monde connecté. Mais pour l’instant, tous les points ne sont pas connectés pour que ce monde connecté prenne réellement son essor.

Peter Wennick, PDG d’ASML

Il existe de nombreuses idées pour utiliser ces puces dans de nouvelles technologies avancées. En fait, Wennick est étonné, à chaque édition d’un salon professionnel, par les idées folles que les entreprises proposent. La seule chose à faire est de relier les différentes industries. « Pour cela, nous avons besoin de technologies plus avancées et plus matures », déclare le PDG.

Les difficultés vont au-delà de la résolution de la pénurie mondiale de puces causée par la pandémie. Ce problème a clairement mis le secteur des puces sur la carte. En conséquence, l’Europe s’est mise à l’œuvre et a désormais pour ambition de produire au moins 20 % de la production mondiale de copeaux sur son propre sol d’ici à 2030.

Trois défis actuels

Bien que Wennick lui-même ne précise pas où se situent exactement ces obstacles, ses co-présentateurs peuvent indiquer exactement les éléments auxquels il faudra prêter attention à l’avenir.

Par exemple, il existe encore des obstacles dans le domaine du traitement des données. En outre, la législation européenne sur le climat entrave toujours les efforts du secteur des puces pour réduire les émissions de CO2.

Pour ne rien simplifier, la loi de Moore joue également un rôle. En un mot, la loi de Moore stipule que la puissance des ordinateurs double tous les deux ans. Cependant, les limites de ce qui est possible ont déjà été atteintes. Les puces devront être restructurées à nouveau avant que ces technologies plus puissantes ne voient le jour. 

Données dans chaque secteur

La liste est dominée par un défi qui n’a commencé à émerger qu’avec l’avènement des technologies intelligentes. Grâce aux appareils intelligents, les données entrent dans tous les secteurs et seul un traitement adéquat peut transformer toutes les données entrantes en des informations utiles. Autrement, par exemple la smartwatch ne peut pas détecter les signaux d’un arrêt cardiaque.

Le monde médical a déjà beaucoup plus à faire, comme le sait Alex Aravanis, directeur technique et responsable de la recherche et du développement des produits chez Illumina. Il travaille dans le domaine de la recherche en génétique humaine et a déjà constaté une explosion des données : « Les données doublent chaque année. Cela crée un besoin d’automatiser à la fois les données et le chercheur de données. »

Besoin de coopération pour le climat

Les défis climatiques sont un défi auquel presque toutes les industries sont confrontées. Il n’est plus possible de détourner le regard. Chaque entreprise doit donc faire sa part pour atteindre les objectifs fixés.

Dans le secteur des puces, il en va de même, et chaque acteur travaille en interne pour résoudre les problèmes auxquels il est confronté. Selon Anand Narasimhan, GM Cloud Supply Sustainability chez Microsoft, c’est également le problème : « Les partenariats sont exactement ce que nous devons faire pour relever les défis climatiques. Par exemple, il n’existe actuellement aucune méthode normalisée pour mesurer la neutralité en CO₂, et les discussions avec les partenaires sont donc très importantes. »

Actuellement, il n’existe pas de méthode standardisée pour mesurer la neutralité en CO₂, les discussions avec les partenaires sont essentielles à cet égard.

Anand Narasimhan, GM Cloud Supply Sustainability chez Microsoft

Il mentionne également un autre problème auquel les entreprises du secteur peuvent répondre à un niveau individuel : « Il y a une pénurie de personnes ayant des connaissances en matière de durabilité. C’est un domaine dans lequel les fabricants de puces doivent travailler beaucoup plus dur. »

Retour au présent

Il est toujours excitant de se tourner vers l’avenir, et la feuille de route de l’Imec est donc dévoilée avec passion au début de l’événement Future Summits. Un regard sobre et bienvenu sur l’industrie de la part du PDG d’ASML peut immédiatement ramener l’audience sur terre. Wennick prévient que les décideurs ne doivent pas se laisser emporter par les projets d’avenir. « Une partie du budget doit aller aux entreprises du secteur des semi-conducteurs qui veulent investir dans les technologies existantes. » Il précise : « Le marché mature est en pleine croissance, et beaucoup plus rapidement que nous le pensions. »

Si le secteur des puces électroniques parvient à surmonter ces problèmes, nous serons à l’aube d’un monde technologique connecté. Pour cela, l’industrie devra trouver un équilibre entre la résolution des pénuries actuelles et la lutte contre les problèmes futurs. Des investissements sont clairement nécessaires et la loi sur les puces européennes est un cadeau bienvenu.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison