Un peu de plaisir ? High-tech, redondance et bonne ambiance dans le centre de données Tier-3 de LCL

Le spécialiste belge des centres de données LCL a investi 1,3 million d’euros dans son site d’Anvers au cours des cinq dernières années. Cet argent a servi à financer des innovations techniques, un agrandissement de l’espace du centre de données, mais aussi un véritable zone de détente (« cosy area ») où il fait bon vivre et boire un café de qualité.

Nous avons de la chance : le mur de mousse vient d’être installé dans le tout nouvel cosy area du centre de données de LCL à Anvers. Le mur contient diverses mousses et est supposé purifier l’air. Le mur de mousse peut également compter comme un élément décoratif, certainement complété par le reste de la végétation dans la pièce. Nous l’avouons : ce n’est pas tout à fait l’entrée que l’on s’attend à trouver dans un centre de données.

« Nous allons bientôt accrocher notre tableau de Lindström », déclare Laurens van Reijen, directeur général et fondateur de LCL. Nous le retrouvons dans le bureau adjacent, travaillant sur une chaise encore enveloppée dans un plastique. « Nous voulons que ce site soit plus qu’un centre de données propre aux murs blancs nus et au bruit de fond orageux. Les clients et les employés ont besoin d’un espace où il est agréable de séjourner. »

image
L’ambiance et le confort ne sont pas immédiatement associés à un centre de données. Pourtant, LCL y a investi massivement.

LCL est un fournisseur belge de centres de données de premier plan, spécialisé dans la colocation. Après la reprise d’un centre de données Atos et la construction d’un nouveau site à Alost, l’entreprise compte cinq sites : un à Diegem, où tout a commencé il y a vingt ans, le site que nous visitons à Anvers, « Brussels South » à Huizingen et « Brussels West » à Alost. À travers la frontière linguistique, l’entreprise est présente avec le centre de données LCL Wallonia One à Gembloux.

L’inspiration d’Alost

Vues de l’extérieur, les installations du centre de données d’Anvers ne sont pas très impressionnantes. Il est situé au rez-de-chaussée du North Trade Building, à l’entrée du port d’Anvers. Un cargo est ancré près du parking. LCL ne s’est pas laissé intimider par le cadre industriel et a installé le cosy area dans l’espace de bureaux vacant à côté de son centre de données existant.

Nous accrocherons bientôt notre tableau de Lindström.

Laurens van Reijen, directeur général de LCL

« Dans notre nouveau centre de données d’Alost, on a trouvé un espace disponible », explique Van Reijen. « Nous avons vu que les clients qui devaient être dans le centre de données y passaient beaucoup de temps avant de retourner dans leurs propres bureaux. » Cela a poussé LCL à offrir la même possibilité à Anvers.

L’espace de bureau, avec son cosy area et sa salle de réunion, ressemble à un espace de co-working branché. Seul le café manque lors de notre visite, mais c’est temporaire. Une machine Jura de haute qualité a été commandée. Selon Van Reijen, il y a toujours quelque chose à faire dans un centre de données et différents clients fréquentent les sites de LCL. Il espère donc que les nouvelles salles seront utilisées avec enthousiasme.

Identification biométrique

L’environnement agréable nous fait presque oublier que nous visitons un centre de données Tier-3. Lorsque nous voulons jeter un coup d’œil aux installations techniques, l’ambiance change rapidement. La sécurité reste une priorité chez LCL, et personne n’entre dans le centre de données sans passer par un SAS de sécurité high-tech.

image
Sans identification biométrique, vous ne pouvez pas entrer dans les salles de serveurs des centres de données de LCL.

Nous nous enregistrons auprès d’une machine qui vérifie notre identité par reconnaissance faciale et identification électronique. La machine ressemble aux scanners automatiques de passeport à la douane de l’aéroport de Bruxelles. Nous scannons ensuite notre paume avec la technologie unique de Fujitsu. « Nous avons essayé différentes méthodes d’identification et le scan de la paume de la main est de loin le meilleur », explique Van Reijen. « Les empreintes digitales se sont avérées ne pas être assez fiables, alors que cette méthode fonctionne toujours. » Après un second balayage de la paume de la main, le SAS nous permet d’entrer dans le centre de données.

Bruit entre le serveur et le CRT

« Les serveurs ici sont la propriété de nos clients », déclare Van Reijen. « Nous fournissons toute l’infrastructure nécessaire mais, en principe, nous ne touchons pas à l’équipement lui-même. Si un client le demande, nous pouvons effectuer une réinitialisation si nécessaire. » Le PDG doit quasiment crier pour dépasser le bruit des serveurs et du système de refroidissement.

Une partie de la salle des serveurs est hermétiquement fermée. « Ce client veut une sécurité supplémentaire », explique Van Reijen. Cette sécurité supplémentaire, pourrait-elle être destinée à protéger le moniteur CRT solitaire ? Cette pièce d’antiquité se distingue du reste des serveurs de haute technologie, qui sont généralement renouvelés tous les trois à cinq ans.

image
La machine la plus spectaculaire de la salle des serveurs est sous clé.

LCL Anvers dispose de trois salles de serveurs, dont deux sont presque pleines. La troisième salle doit faire face à la croissance des années à venir. « Nous connaissons une croissance d’environ dix pour cent chaque année », déclare Van Reijen. Bien que le site d’Anvers soit de loin le plus petit, il s’attend à ce qu’il se développe pendant un certain temps encore.

Nœud internet

Après tout, les matériels que les clients placent ici ne sont pas si encombrants. Ils viennent chez LCL principalement pour établir des connexions avec les réseaux des dizaines de fournisseurs de télécommunications avec lesquels l’entreprise coopère. LCL permet aux parties privées, aux opérateurs de télécommunications, aux fournisseurs de CDN et aux fournisseurs d’internet « backbone » d’accéder à leurs réseaux respectifs pour créer des connexions rapides, robustes et efficaces. BNIX et Akamai font ainsi partie du portefeuille de clients du spécialiste des centres de données.

« L’emplacement de ce centre de données n’est pas le fruit du hasard », explique Van Reijen. « Le centre de données est proche d’importantes connexions en fibre optique, comme celle qui relie les Pays-Bas à Rotterdam. »

Redondance redondante

La fiabilité est essentielle pour les clients qui transfèrent du trafic internet ou qui dépendent de l’infrastructure de LCL pour d’autres charges de travail cruciales. Van Reijen nous emmène dans les salles techniques du centre de données, où se trouvent l’alimentation électrique et les batteries UPS.

« Tous les serveurs ont accès à deux groupes d’alimentation qui fonctionnent indépendamment l’un de l’autre », explique Van Reijen. « L’énergie passe par des batteries qui sont toujours chargées, de sorte que le centre de données continue de fonctionner en cas de panne d’électricité. Si cela se produit, l’infrastructure peut fonctionner sur batterie pendant environ 20 minutes, mais nous n’allons bien sûr pas attendre cela. »

image
L’ensemble du centre de données peut fonctionner sur des batteries pendant environ 20 minutes.

LCL dispose de deux générateurs diesel dans le parking, chacun d’eux assurant la redondance d’un groupe d’alimentation : « Nous pouvons l’utiliser pendant 72 heures avant de faire un plein. Il faut ne pas éteindre les générateurs. » Deux groupes d’alimentation redondants, chacun avec son propre générateur, un refroidissement supplémentaire… Van Reijen est tout sourire lorsqu’il illustre la solidité de son centre de données.

Toute cette électricité coûte cher, bien sûr, surtout aujourd’hui. Nous avons absorbé une partie du coût nous-mêmes, mais le reste, nous devons le répercuter. Cela incite LCL à se pencher davantage sur les alternatives écologiques, bien que le groupe de centres de données soit déjà très actif dans ce domaine. D’ici à 2030, l’entreprise devrait être totalement neutre sur le plan énergétique.

Se reposer un peu

Nous passons à nouveau le SAS et laissons le bruit du centre de données derrière nous. Ce cosy area est plus que jamais une oasis de calme bienvenue. Nous pouvons imaginer que cette salle est une aubaine pour les techniciens qui doivent passer des heures à configurer des serveurs dans le centre de données lui-même. Cela fait moins d’une heure que nous sommes à l’intérieur et nous avions déjà envie de faire une pause. Dommage que la machine à café ne soit pas encore arrivée.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison