Oracle et Salesforce évitent une plainte collective néerlandaise

Web tracking cookies

Une plainte collective néerlandaise contre les entreprises américaines Oracle et Salesforce a été déclarée inadmissible. Selon le tribunal d’Amsterdam, il manque de crédibilité.

The Privacy Collective ne pourra rien faire avec sa plainte de masse. Le groupe a lancé une plainte de masse contre Oracle et Salesforce lors de l’été 2020. Selon le groupe, ces entreprises ont violé les règles du RGPD, car elles n’ont pas demandé d’autorisation officielle pour conserver les données personnelles.

Le collectif affirme que Salesforce et Oracle ont déployé des ‘cookies spécialement conçus’ sur leurs sites web. Les cookies auraient été développés pour collecter des tas de données sur les visiteurs de leur site web. Ces données, associées à d’autres, ont permis d’obtenir des millions de profils de clients pour Oracle et Salesforce.

Réglementation RGPD

Selon la plainte collective, Salesforce et Oracle ont enfreint les règles du RGPD. Pour cela, le collectif a réclamé des dommages de 11 milliards d’euros.

Les règles RGPD, ou enfin le règlement général sur la protection des données, ont été introduites par l’Union européenne. Ces règles précisent comment les entreprises peuvent traiter et collecter les données personnelles des citoyens de l’UE. En Belgique, ces règles sont connues sous le nom de GDPR.

Inadmissible

La demande a été déclarée inadmissible la semaine dernière. Cela avait tout à voir avec la manière dont The Privacy Collective a demandé un soutien pour sa plainte. Elle a recueilli le soutien de 75 000 internautes en publiant la revendication en ligne et en leur demandant de « liker ».

Pour le tribunal d’Amsterdam, cette méthode ne permettait pas de savoir si les 75 000 internautes étaient réellement victimes des actions de Salesforce et d’Oracle.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison