Amazon, Microsoft et Google interdisent l’accès aux services de cloud aux nouveaux utilisateurs russes

Storing cloud

Les services cloud AWS, Azure et Google Cloud n’acceptent pas de nouveaux utilisateurs en Russie. Les entreprises et les utilisateurs russes qui ont déjà souscrit à l’un de ces services peuvent continuer à l’utiliser.

Au cours des dernières semaines, plusieurs entreprises ont décidé d’arrêter leurs ventes et leurs services en Russie. Amazon, Microsoft et Google ont tous rejoint ce mouvement et ne permettent pas aux nouveaux utilisateurs d’accéder à leurs services cloud. Les trois principaux acteurs du secteur du cloud computing continueront à servir les clients russes existants.

Le 4 mars, Microsoft a annoncé qu’elle suspendait la vente de ses produits et services en Russie. Ces services comprennent le service de cloud computing Azure de la société. L’entreprise ne touche pas aux contrats existants, car leur conclusion limiterait considérablement les possibilités numériques des organisations et des utilisateurs.

Le même jour, Amazon a annoncé qu’il n’avait pas de centres de données en Russie pour son service de cloud computing AWS. En outre, la société a précisé que ses politiques ne lui permettent pas de faire des affaires avec le gouvernement russe.

Mardi dernier, Amazon a complété ce message en annonçant des mesures supplémentaires contre la Russie. « Nous n’acceptons pas de nouveaux clients AWS en provenance de Russie et de Biélorussie », a-t-il déclaré.

Les choses ne sont pas différentes chez Google. La société a désigné hier son service de cloud computing comme l’un des services dont l’accès sera restreint en Russie.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison