Microsoft : plainte antitrust raison pour modification des licences de cloud

microsoft cloud

À partir du 1ᵉʳ octobre, il sera moins coûteux pour les fournisseurs européens de services de cloud de proposer des logiciels Microsoft tels que Windows Server, Office ou SQL Server.

Le fournisseur français de cloud OVH, ainsi que deux autres fournisseurs européens, ont effrontément réveillé Microsoft à la fin de l’année dernière en déposant une plainte auprès des régulateurs européens pour pratiques de concurrence inéquitable. Microsoft a modifié ses conditions de licence au cours des dernières années, rendant l’offre beaucoup plus coûteuse pour les plate-formes concurrentes. Résultat : Microsoft Azure est toujours le moins cher, ce qui entraîne une concurrence déloyale.

Microsoft a annoncé plus tôt dans l’année qu’elle allait proposer des prix plus compétitifs aux fournisseurs européens de services de cloud. Ces détails ont maintenant été rendus publics. Ils ne doivent pas, entre autres, acheter de licences supplémentaires lorsqu’ils utilisent déjà les services de cloud de Microsoft. Les licences existantes pour des logiciels tels que Windows, Windows Server, Office et SQL Server deviendront également moins chères.

Microsoft supprime également la licence VDA (Virtual Desktop Application) pour Microsoft 365 F3, Microsoft 365 E3 et Microsoft 365 E5. En échange, les clients peuvent choisir des solutions de bureau et de serveur hébergées prêtes à l’emploi auprès de parties externes dans le cadre du programme Microsoft Cloud Solution Provider. Ils peuvent soit apporter leur propre licence, soit l’acheter directement auprès d’un partenaire Microsoft.

Non valide sur AWS et Google

« Nous reconnaissons l’importance d’un environnement concurrentiel sur le marché européen des fournisseurs de cloud où les petits concurrents peuvent se développer », a déclaré Microsoft dans un billet de blog. « Les partenaires réclament depuis longtemps un modèle de licence plus simple et un portefeuille élargi qu’ils peuvent proposer aux clients à un prix fixe sur une plus longue période. »

lire aussi

Microsoft souligne dans son explication qu’elle veut offrir plus de possibilités aux clients d’héberger des logiciels Microsoft sur des infrastructures partenaires.  

Fait remarquable : ces nouvelles règles ne s’appliquent qu’aux petits fournisseurs de services de cloud. AWS et Google ne peuvent pas bénéficier du même avantage.

Tous les changements prendront effet à partir du 1ᵉʳ octobre 2022.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison