L’ICANN refuse la demande de l’Ukraine de retirer les noms de domaine russes

Rusland domeinnaam

L’ICANN a décidé de ne pas toucher aux noms de domaine russes sur l’internet. Selon l’organisation à but non lucratif, cette suppression irait à l’encontre des principes fondamentaux de l’internet en tant que système ouvert et décentralisé.

Lundi dernier, un groupe de représentants officiels de l’Ukraine a envoyé une petition à l’ICANN et au RIPE NCC. La pétition portait sur les noms de domaine russes qui, selon le groupe, devraient être retirés de l’internet. La pétition demandait également la fermeture des serveurs racines à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

L’ICANN ne répond pas à cette pétition, elle déclare. « Comme vous le savez, l’internet est un système décentralisé. Aucune partie n’a la capacité de le contrôler ou de l’arrêter », a répondu Göran Marby, PDG de l’ICANN.

Le PDG partage ainsi l’avis du RIPE NCC, le centre de coordination des réseaux pour l’Europe et le Moyen-Orient. En effet, mardi, le RIPE NCC a annoncé qu’il ne répondrait pas à la demande, car cela mettrait en péril la neutralité de l’organisation.

ICANN

ICANN est l’acronyme anglais de « Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ». Cette organisation est entre autres responsable de l’attribution des noms de domaine et des numéros IP.

« Dans notre rôle de coordinateur technique des identifiants uniques pour l’internet, nous prenons des mesures pour nous assurer que le fonctionnement d’internet n’est pas soumis à la politique et nous n’avons pas le pouvoir d’imposer des sanctions. Essentiellement, l’ICANN a été créé pour faire fonctionner l’internet, et non pour utiliser son rôle de coordination afin de l’empêcher de fonctionner », écrit Marby.

Le PDG de l’organisation déclare en outre que l’organisation ne peut absolument pas réaliser les actions demandées.

Blocage russe

Le conseil d’administration du CENTR, le « Council of European National Top-Level Domain Registries », ne considère pas qu’il faille rester impartial. Mardi, l’organisation a retiré la participation du centre de coordination pour TLD .RU/.РФ.

De nombreuses autres entreprises ont décidé spontanément ou à la demande de l’Ukraine de cesser leurs échanges avec la Russie. Plusieurs décisions à cet égard ont été prises la semaine dernière. Intel, AMD et TSMC, par exemple, cesseront de vendre des puces à la Russie. Apple ne vend plus de produits dans ses magasins, ni dans la boutique en ligne russe. Oracle et SAP cessent également toute activité en Russie.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison