Fontion contre cyberattaques très spécifiques d’Apple

Une nouvelle fonctionnalité d’Apple devrait protéger les systèmes de la marque contre des attaques numériques très ciblées. La fonction n’est pas encore disponible ; il s’agissait d’une simple démonstration.

Apple fait une démonstration de la nouvelle fonction Lockdown Mode. Une fonction de sécurité qui offre aux appareils Apple une meilleure protection contre les cyberattaques très précises. Le nom de la fonction est peu original, car il révèle exactement ce que fait la fonction de sécurité : verrouiller les fonctionnalités du système.  

« Le Lockdown Mode est une fonctionnalité importante qui reflète simultanément notre engagement enrichissant à protéger les utilisateurs contre les attaques les plus rares et les plus difficiles », a déclaré Ivan Krstić, responsable de l’ingénierie et de l’architecture de sécurité chez Apple, dans l’annonce.

Optionnel

« Bien que la plupart des utilisateurs ne soient jamais victimes de cyberattaques très ciblées, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger le petit nombre d’utilisateurs qui en sont victimes. »

Le Lockdown Mode n’est pas activé par défaut sur tous les appareils Apple. Les utilisateurs d’iOS16, d’iPadOS16 et de macOS Ventura pourront choisir d’utiliser cette fonctionnalité dès cet automne.

Ce mode bloquera alors la plupart des pièces jointes des messages, désactivera des fonctionnalités telles que l’aperçu des liens et imposera des restrictions à certains services Apple. Il s’agit uniquement des services qui pourraient constituer une menace, comme le blocage d’un appel FaceTime si l’utilisateur n’a pas envoyé d’invitation à l’appelant au préalable.

Réponse au spyware Pegasus

Il ressort clairement de l’annonce que cette fonction doit être une réponse au spyware Pegasus. Cette mesure a fait l’objet de critiques en Europe en raison de la controverse entourant le spyware. Il y a environ un an, on a appris que des maliciels étaient utilisés par des gouvernements autoritaires pour espionner des journalistes, des hommes politiques et des militants des droits de l’homme. On sait qu’au moins cinq États membres de l’UE utilisent ce malware.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison