Les milléniaux et la génération Z se moquent de la cybersécurité

Updates uitstellen, wachtwoorden hergebruiken

Selon une étude d’EY, les milléniaux et la génération Z posent une menace pour la cybersécurité de votre entreprise. Ces employés ignorent les politiques encore et encore.

Selon une étude récente d’EY, les travailleurs plus anciens semblent avoir une meilleure cyberhygiène que leurs collègues plus jeunes. C’est frappant, étant donné que les milléniaux et la génération Z ont tout juste grandi à l’ère du numérique et ont donc été formés à la cybersécurité.

Trois problèmes

Selon l’étude, la génération Z (58 %) et les milléniaux (42 %) repoussent plus souvent les mises à jour que leurs collègues de la génération X (31 %) et les travailleurs de la génération du baby-boom (15 %). Les cookies de navigateur web sont également plus volontiers acceptés par la génération Z (48 %) et les milléniaux (43 %). Parmi la génération Y, 31 % acceptent les cookies et les baby-boomers préfèrent ne pas être suivis en ligne, 18 % seulement acceptent tout.

Enfin, la réutilisation des mots de passe est plus populaire parmi les jeunes générations. Environ un tiers des membres de la génération Z et des milléniaux en sont coupables, contre 22 % pour la génération X et 15 % pour les baby-boomers. La réutilisation du mot de passe donne aux pirates la possibilité de se connecter à plusieurs profils de cet employé en même temps après que le mot de passe ait été récupéré avec succès. Il est donc judicieux de choisir un nouveau mot de passe long à chaque fois.  

Plus sûr à domicile

Le problème ne provient pas de l’ignorance. Selon l’étude, 83 % de l’ensemble des employés connaissent bien les politiques de cybersécurité. De plus, sur les appareils personnels, les jeunes générations appliquent bien ces politiques. Ce n’est que sur le périphérique de travail que les mots de passe sont soudainement réutilisés et les mises à jour ignorées. 48 % de la génération Z et environ 40 % des milléniaux l’admettent de toute façon.

« Il faut que les entreprises restructurent rapidement leur stratégie de sécurité de manière à ce que le comportement humain soit au centre des priorités », déclare Tapan Shah, consultant en cybersécurité pour les États-Unis chez EY. Il parle de l’étude menée auprès de 1 000 employés américains. Les participants possédaient tous un ordinateur portable de travail.

Faire participer uniquement des jeunes travailleurs à la prochaine cyberformation ne nous semble pas être une bonne idée de toute façon, au vu des chiffres. Étant donné que quelque six employés de la génération Z, quatre milléniaux, trois employés de la génération X et un baby-boomer et demi ont repoussé la mise à jour, on ne peut que constater le nombre d’employés qui ne prennent pas les politiques de cybersécurité au sérieux. « Cette enquête devrait être un signal de détresse pour les responsables de la sécurité, les PDG et les gestionnaires, car la grande majorité des cyberincidents peuvent être attribués à une seule personne », ajoute Shah.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison